Où en est Virvolt, la startup qui électrifie les vélos des Français?

Nous avons posé la question à Jérome-Aristide Gaymard, l'un de ses fondateurs

Fondateur Virvolt
Jérôme entre deux questions !

En 2019, Velook déboulait un samedi après-midi dans la cour intérieure d'un vieil immeuble parisien. Après avoir traversé une petite verrière, nous sommes tombés sur un vieux local assez sombre remplit de matériel électrique en tout genre. Au milieu de cette pièce trois mecs, en tenu de mécanicien, bidouillaient de vieux vélos. C'était la première journée "porte ouverte" de Virvolt. Pour la première fois, nous découvrions qu'il était possible de transformer un vélo (musculaire) en vélo à assistance électrique. Personne ne savait si l'aventure de ces trois entrepreneurs allait se terminer dans 3 mois ou si elle allait perdurer 3 ans. Nous leur avions consacré un premier entretien à cette occasion (super-court... c'était nouveau pour nous aussi!). Depuis cette date, nous observons de loin leur développement.

Alors que la filière vélo française se reconstruit un peu plus chaque jour et que les marchés du VAE et du vélo d'occasion explosent, il nous paraissait utile de revenir voir les fondateurs de Virvolt. Jérome-Aristide Gaymard a eu la gentillesse de répondre à nos questions. Sa franchise et la complétude de ses réponses nous ont passionnées.

Deux ans et demi après notre première rencontre, Virvolt a pris une nouvelle dimension. Comment vous définissez-vous aujourd'hui ?

Virvolt partait d'un postulat simple : 60 millions de vélos vendus en France entre 2000 et 2017, pourquoi en racheter tout autant alors que 99,9 % d'entre eux sont Virvoltable. Notre volonté originelle était vraiment de faire rentrer l'économie circulaire dans un marché ou c'était inexistant. 

Trois ans plus tard nous avons parcouru beaucoup de chemin : l'ouverture d'un atelier de 600 m2 à Paris, un deuxième dans le 77, un 3e à Lyon, ainsi que la conception en interne de nos kits. Nous avons également enregistré de beaux succès et des échecs instructifs qui nous permettent aujourd'hui d'attaquer une phase de développement à une échelle drastiquement différente.

Nous nous positionnons désormais comme équipementier. En effet nous proposons des kits sans aucun compromis : Performance, Durabilité, Réparabilité.

L'équipe a un peu changé et vos locaux également. Peux-tu me présenter les nouveaux venus et surtout l'espace incroyable où se trouve votre laboratoire ?

L'histoire de Virvolt commence, c'est cliché désolé, avec deux gars de 20 ans dans le garage de mes parents.

3 ans plus tard nous sommes une équipe de 12 personnes passionnées par notre mission. 

Aujourd'hui on se concentre vraiment sur deux pôles : le développement commercial pour faire grandir notre réseau de partenaires et le développement technique pour continuer à améliorer nos produits.

Notre siège est situé à Paris dans le 11e au Square, un lieu qui se définit comme "un laboratoire qui travaille sur le futur de la mobilité et les nouvelles façons de travailler". C'est un lieu atypique situé dans un ancien garage Renault où cohabite une vingtaine de boîtes, principalement des start-ups.

Est-ce que vos produits ont beaucoup évolué depuis 2019 ?

Oui ! Notre offre originelle était dite " off the shelf" avec quelques modifications mineures. Grâce aux premières années, on a beaucoup accompagné les professionnels de la livraison. Nos kits sont passés par tous les états d'âme.

Cela nous a permis de mieux comprendre le SAV et les modifications à faire esthétique et technique pour créer un produit qui répond à nos standards.

Actuellement, nous en sommes à la V4 du KIT 900 (moteur pédalier), avec toujours plus d'améliorations, de fiabilité et de performance au menu ! On lance aussi un KIT 100 (moteur dans la roue avant), plus accessible et plus design avec une batterie en forme de gourde.

Nous sommes très fiers de commercialiser notre KIT 900 chez une vingtaine de partenaires à travers la France comme Decathlon, La Maison du vélo à Toulouse ou Ecocycle à Bordeaux. C'est un produit qui révolutionne la mobilité électrique et c'est ce qui nous motive tous les jours, en plus de correspondre à notre vision du moteur idéal.

mécanicienne vélo

Depuis votre lancement, combien de cyclistes se déplacent avec un vélo équipé par Virvolt ?

Nous pouvons compter sur environ 2000 cyclistes équipés. Il est de plus en plus difficile de suivre ce chiffre car dernièrement beaucoup d'électrifications ont été effectuées par nos partenaires. 

Virvolt est de plus en plus référencée dans de grandes enseignes mais également chez des vélocistes. Comment avez-vous noué ces partenariats ?

Cela n'a pas été une mince affaire.

Nous avons réussi pour une raison simple, nous avons beaucoup testé pendant les deux premières années.

Sans rentrer dans le détail, ces échecs et tests nous ont permis progressivement d'avoir une confiance totale en notre service, nos process, notre service client et notre produit.

Fort de cette confiance nous avons pu démarcher ces partenaires avec aplomb et conviction quant à pouvoir leur proposer une solution clé en main pour qu'il se lance sur le marché de l'électrification.

On est à l'aube de ce développement mais on est fier de déjà accompagner des grandes enseignes du vélo.


Le concentré vélo 🍋

Pour ne plus passer à côté de l'actu vélo, abonne-toi à notre newsletter.



Qu'est-ce que ces partenariats ont changé pour Virvolt ?

Ils nous ont permis de passer de notre garage avec notre folie innovante à une entreprise de plus grande échelle avec des ambitions européennes. On garde notre image de garage français qui invente le vélo de demain car c'est ça notre force mais on regarde plus loin que notre pas-de-porte.

Le marché de l'électrification des vélos s'étend de plus en plus. Quelques acteurs se sont spécialisés. Quelle est votre valeur ajoutée par rapport à vos concurrents ?

VIRVOLT est arrivé en pionnier dans le secteur. Depuis, de nombreux acteurs ont émergé et c'est tant mieux ! Dans 5 ans, on reverrait que l'électrification soit une norme d'achat au même titre que d'acheter un vélo électrique et pour ça on a besoin d'un marché compétitif, qui se bouscule et qui bouge des lignes.

C'est notre créativité et notre ADN qui nous différencie, et cela se ressent à tous les niveaux : produits, partenariats, développement...

VIRVOLT est une boîte de "makers", on bidouille, on prototype, on invente le futur avec nos imprimantes 3D, nos fers à souder et notre envie indéboulonnable de vouloir mettre des moteurs sur tout ce qui roule...

Moteur pour vélo électrique Virvolt

Certains Français hésitent à électrifier leur vélo en raison des avis parfois contradictoires sur les réseaux sociaux concernant les risques. Qu'en est-il vraiment ? Notamment concernant la garantie et l'entretien de ces vélos ?

Comme toute solution ou technologie innovante cela crée un clivage. À la sortie de l'iPhone en 2007 les gens voyaient ça comme un gadget. Je vous laisse vous creuser la tête pour trouver un produit qui a plus bouleversé le monde entier que celui-ci...

Pour résumer quand on bouge les lignes, il y aura toujours des réfractaires.

Notamment dans le milieu du cycle qui voit d'un très mauvais œil cette activité et on les comprend. En électrifiant un vélo (même neuf) vous payez deux fois moins cher pour un vélo électrique équivalent techniquement.

Notre kit 900 à 1 180 euros a les mêmes performances qu'un vélo haut de gamme a + de 2 800 euros (exemple Moustache). Couplez-le avec un VTC de bonne qualité à 500 euros et vous avez un vélo électrique haut de gamme pour moins de 2000 Euros.

En plus de cela vous avec la capacité de changer de vélo quand vous le voulez, et de réparer votre moteur à l'infini.

Lorsque nous avons lancé l'activité, on était bien au courant des risques et du flou juridique autour de cette activité, voici aujourd'hui les réponses que je peux vous apporter :

- L’électrification n'est pas une pratique interdite - aucune loi ne va à son encontre

- Nous modifions des cadres selon le type d'électrification, ce qui enlève la garantie constructeur - c'est un mal pour un bien car vous bénéficiez d'une garantie sur nos kits. Il faut savoir que théoriquement lorsqu'un vélociste change les freins, les roues ou les fourches d'un vélo, le vélo ne devrait plus être garantie aussi car il ne correspondrait plus à l'homologation exacte de départ également.

Quel acteur traditionnel du cycle ne craindrait pas ça ?

Sur la question de la sécurité les arguments généralement cités, freinage, résistance du cadre sont émotionnels et très rarement objectif.

Nous avons fait tout le travail en amont et pouvons assurer à 2 000% que vous ne prenez aucun risque si Virvolt accepte d'électrifier votre vélo. Fort de notre expérience, nous n'avons jamais eu de retours de cadres brisés suite à une électrification qui respecte nos normes de sécurité.

La preuve en est que les assureurs n'ont aucun problème à vous assurer au même titre que lorsque vous roulez sur un vélo électrique.

C'est dans les papiers, de travailler avec des bureaux d'études pour réaliser des expériences sur la résistance des cadres.

Comment avez-vous vécu cette crise sanitaire ainsi que la pénurie de pièces pour vélo ?

Nous n'avons été que peu impactés sur les pièces de vélos car nous fournissons des moteurs et des batteries. Toutefois la folie qui règne autour des prix de shipping (transports internationaux) ont réduit nos marges et allongé nos BFR. 

Nous n'avons décidé toutefois de ne pas toucher à nos prix pour garder une de nos propositions de valeur majeure : rendre la mobilité accessible.

Qu'est-ce qui manque à la filière vélo française ou européenne, pour vous permettre de produire des kits ailleurs qu'en Asie ?

L'investissement !

Il faudrait une volonté politique à l'échelle nationale et européenne afin de vraiment pouvoir faire revenir l'industrie en Europe.

Sur la question des batteries nous avons une ambition de les produire en Europe d'ici deux ans. Des entreprises comme North Volt avancent très vite dessus.

Sur les moteurs, il paraît économiquement impossible de le faire à court terme.

Pour rappel un des seuls vélo made in France à 85 % vaut 8 000 Euros.

Avez-vous prévu de sortir de nouveaux produits en 2022 ?

Nous avons prévu une nouvelle version de notre produit phare le Kit VIRVOLT 900. Le design va être revisité ainsi que tout le système de fixation sur le vélo afin que nos partenaires puissent gagner du temps à l'installation.

Ainsi qu'une nouvelle version de notre kiT VIRVOLT 100 toujours plus accessible. Nous avons réduit le prix final au maximum et nous avons optimisé la facilité d'installation pour pouvoir démocratiser au maximum le vélo électrique.

vélo virvolt

Comment vois-tu l'année 2022 pour Virvolt ?

Ce sera l'année de notre développement commercial, c'est un beau challenge que nous allons nous efforcer de relever !

Nous sommes très heureux de voir que le monde du cycle voit de l'intérêt dans nos solutions et nous gardons beaucoup d'ambition dans le développement de nos produits.

À titre personnel, j'aimerais que cette année nous permette de dégager l'argent nécessaire au développement industriel d'une batterie réparable à l'infini et recyclable à 93 % !

Les prototypes sont prêts et fonctionnels, mais industrialiser ce genre de technologies est encore compliqué pour une boîte qui n'a que 3 ans, et qui roule en autofinancement !


A lire aussi


Écrire commentaire

Commentaires: 0