Comment nous sommes allés à l'assemblée nationale à vélo avec notre député...

...après l'avoir aidé à s'acheter un vélo d'occasion !

L'histoire que nous allons vous raconter n'est pas un récit sorti tout droit de notre imagination. Il s'agit d'une histoire vraie et de la preuve que le culot, l'abnégation et la bienveillance sont des outils puissants pour toute action de lobbying en faveur du vélo !

Nous espérons que ce témoignage encouragera tous ceux qui aiment le vélo, particuliers ou associations, a aller taper à la porte de leur député ou sénateur, et les inviter à monter sur une bicyclette pour un petit tour à vélo.

Enfin, pour couper court à tous commentaires complotistes, les co-fondateurs de Velook ne sont pas encartés politiquement et cet article n'a donc rien d'une propagande envers tel ou tel parti ou homme/femme politique. Il ne sert qu'une seule cause: la promotion du vélo (d'occasion) !


Acte 1 : L'invitation que notre député ne pouvait pas refuser...

Depuis la création de Velook en 2014, on s'est souvent demandé: "comment faire plus pour promouvoir l'usage du vélo en France?". En effet, ce blog vise déjà, par ses conseils et astuces en matière de "chine" de vélos d'occasion, à encourager le plus grand nombre à monter sur un vélo. La progression de l'audience de notre site (à consulter ici) et des retours presse nous rassurait déjà un peu sur la direction que nous avions choisi de prendre. Mais c'est surtout le Prix des Talents du Vélo, reçu il y a quelques mois, qui a fini par nous convaincre qu'il fallait continuer dans cette voie. C'est d'ailleurs à cette occasion, lors de la remise du Prix au Sénat, qu'une nouvelle idée nous est venue.

Le 27 juillet dernier, nous avons donc lancé une invitation, plutôt anodine, au nouveau député de notre circonscription via twitter: "Bonjour M le député, si je vous prête un vélo accepteriez-vous d'aller jusqu'à l'AN et de me faire visiter les lieux?" (ci-dessous, le tweet d'origine).




Alors que nous étions en plein cœur de l'été, nous avons reçu une réponse de Monsieur Gouffier-Cha, nouveau député LREM de la 6ème circonscription du Val-de-Marne (Fontenay-Sous-Bois, Saint-Mandé, Vincennes) et membre de la commission de la défense nationale et des forces armées. Nous ne nous attendions pas à recevoir une réponse si rapidement et surtout aussi encourageante.



Après avoir échangé quelques messages, nous nous sommes donnés rendez-vous à la rentrée de septembre pour convenir d'une date.

Premier objectif atteint : attirer l'attention de notre député !


Acte 2 : Dénicher un vélo d'occasion pour notre député

Comme convenu, nous nous sommes rappelés au retour des vacances d'été. Pour être plus précis, sa directrice de cabinet nous a contacté pour résoudre un petit problème logistique, et pas des moindres pour notre projet : "M le député n'a pas de vélo, pourriez-vous l'aider à en trouver un?"

Nous avons donc retrouvé Monsieur Gouffier-Cha un samedi après-midi et l'avons guidé dans sa recherche de vélos d'occasion. Guillaume, de son prénom, nous a précisé avoir longtemps fait du vélo et principalement du VTT. Mais depuis quelques années, il s'était un peu éloigné des pistes cyclables mis à part une ou deux locations de Velib, de ci de là. En outre, il souhaitait un vélo pour le boulot ou plus précisément pour se déplacer quotidiennement dans sa circonscription (Fontenay-sous-bois, Vincennes et Saint-Mandé) et occasionnellement se rendre à l'Assemblée nationale. Ainsi, notre député avait le profil type du "vélotafeur" ayant besoin d'un vélo de type VTC, pas trop fragile, avec porte bagage, quelques vitesses pour grimper la côte de Fontenay-sous-bois et surtout prêt à rouler.

Le challenge était assez intéressant. Nous avions donc 2 heures pour trouver la perle rare et le tout pour un budget raisonnable (moins de 300 euros). La solution fut finalement vite trouvée : profitez de la fin de saison des loueurs de vélos pour leur racheter une de leur bicyclette, normalement très bien entretenue.

Après un court trajet en RER durant laquelle nous avons pu faire connaissance, nous nous sommes rendus chez Paris Bike Tour, l'un de principaux loueurs de vélos de la capitale. Par chance, quelques vélos ornés d'une pancarte "à vendre" trônaient devant la boutique. Très rapidement conseillé par le "technicien maison", Guillaume est reparti avec un vélo d'occasion en super état pour moins de 200€. Après l'avoir essayé, Guillaume a été convaincu par la prise en main, le confort et le style "passe-partout" de ce VTC.

Deuxième objectif atteint : Notre député s'est acheté un vélo d'occasion !

Acte 3 : Se rendre à l'Assemblée nationale à vélo avec notre député

Ayant résolu ce problème logistique, nous avions convenu de nous retrouver en octobre pour aller ensemble à vélo jusqu'à l'Assemblée nationale. En outre, Monsieur le député s'était engagé à nous faire visiter les lieux.

C'est ainsi que le 21 octobre dernier, Guillaume, Florence et Paula (ses deux collaboratrices parlementaires) et l'un des co-fondateurs de Velook se sont retrouvés pour parcourir les quelques kilomètres séparant la permanence vincennoise de Monsieur le député du Palais Bourbon.

Député vélo
De droite à gauche : Guillaume Gouffier-Cha, député, Florence et Paula, collaboratrices parlementaires.

Durant cette balade, nous avons emprunté la coulée verte parisienne, puis les quais de Seine nous permettant d'arriver directement au jardin des tuileries. Après avoir traversé le pont de la concorde, nous sommes arrivés à destination : l'Assemblée nationale.

Durant les 50 minutes de ce trajet, nous avons découvert que la "fibre" vélo était finalement très marquée au sein de l'équipe du député et notamment chez Florence, véritable adepte du vélo en ville et très bien renseignée sur les enjeux de mobilités actives. Quand à Paula, elle venait tout juste de se remettre au vélo et se rend déjà régulièrement au Palais Bourbon avec son nouveau vélo. Concernant Guillaume, un mois après avoir acheté son vélo d'occasion, il ne le quitte plus même pour aller à l'Assemblée.

Soulignons tout de même que cette balade n'en était pas vraiment une pour le député. En effet, il se rendait surtout au Palais Bourbon pour une séance de vote sur le budget de l'Etat...  un samedi après-midi.

Troisième objectif atteint : se rendre à l'Assemblée nationale à vélo avec le député de notre circonscription !



- La balade en vidéo -


Acte 4 : Velook s'incruste à l'Assemblée nationale

Après l'effort, le réconfort. Une fois arrivée devant l'Assemblée nationale avec nos beaux vélos (vintage, décathlon ou VTC), Guillaume nous a fait visité les lieux en mode VIP. Il n'y avait ni touristes chinois, ni petit garçon de 8 ans courant et criant partout. Mieux que des mots pour décrire la beauté des lieux, nous vous laissons admirer ci-dessous les ors de la République.

Pour bien terminer cette visite de l'Assemblée nationale, nous avons eu la chance de découvrir le "back office" du travail parlementaire. Une fois arrivée devant le bureau du député et de son équipe, nous découvrons un poster vert que les cyclistes parisiens connaissent bien. Il s'agit du fameux plan des pistes cyclables parisiennes. Par ailleurs, à la fenêtre du bureau du député, nous avons pu profiter d'une vue panoramique sur les toits du Palais Bourbon et admirer la Tour Eiffel, boussole des cyclistes traversant la capitale.

Quatrième objectif atteint : Velook a pu causer "vélos d'occasion" à l'Assemblée nationale !

Pour conclure :

Première satisfaction, nous avons pu sensibiliser un élu national aux problématiques du vélo en ville, ce qui constituait notre objectif principal.

Ensuite, nous avons réalisé que "l'Assemblée nationale appartient à tous les français" comme nous l'a rappelé de nombreuses fois Guillaume Gouffier-Cha. En effet, il n'y a finalement rien d'extraordinaire à visiter ce lieu qui vise à tous nous représenter. Alors allez-y (surtout à vélo), vous êtes chez vous !

Par ailleurs, si ce récit a été possible en 2017, c'est qu'il se passe quelque chose de positif dans notre société par rapport au vélo. Tous ces signaux faibles en faveur du déplacement à bicyclette que nous pouvons tous constater au quotidien, tels que l'émergence des vélos à assistance électrique, les flottes de vélos en libre-service, la multiplication des pistes cyclables dans les villes de France ou ces femmes et hommes politiques de premier plan qui s'affichent fièrement avec leur vélo (découvrez notre article sur les vélos d'occasion de Christiane Taubira et Nicolas Sarkozy), nous rendent optimistes pour l'avenir.

 

Enfin, vous vous demandez surement quelles sont les idées "vélo" de ce député, plus souvent habitué à s'exprimer sur les politiques de défense nationale que sur la place du vélo en France? 

Encore un peu de patience, nous vous présenterons sa vision du "Vélo pour la France" lors de notre prochain billet.

Bonus: répondez à l'enquête nationale sur la politique cyclable de votre ville





Écrire commentaire

Commentaires : 0